|ZOOM SUR Joseph-Marie Jacquard|

Joseph Marie Jacquard

Joseph-Marie Jacquard, son nom est très connu, de part le métier à tisser qu'il a développé: le métier Jacquard. Mais qui est l'homme derrière le nom? ZOOM SUR cet homme plus discret qu'il n'y paraît...

Jacquard est aujourd’hui indubitablement lié à la Croix-Rousse et aux Canuts. Pour les découvrir, participez à une de nos enquêtes – murder party, game of code, escape game outdoor et speed quest –  en team building, en famille ou en EVJF/EVG !

Les premiers pas de Jacquard

De son nom entier, Joseph-Marie Charles Jacquard. Il est né à Lyon, le 7 juillet 1752 et il est mort à Oullins, le 7 août 1834, à l’âge de 82 ans. Joseph-Marie vient d’une famille de la Grande Fabrique lyonnaise (c’est-à-dire l’industrie de la soie lyonnaise). En effet, son père est maître-fabricant en étoffes d’or, d’argent et de soie, et de fait, il possède 3 métiers à grande-tire. La famille est donc relativement aisée.

Les premières décennies de sa vie sont pourtant relativement floues et, par conséquent, très légendées:

  • il aurait durement travaillé sous la férule de son père,
  • puis il aurait reçu une formation d’apprenti-relieur par l’intermédiaire de son beau-frère Jean-Marie Barret, libraire-imprimeur. Cette légende semble plutôt crédible et aurait ainsi permis au jeune Jaquard d’obtenir des rudiments d’instruction en dehors de l’univers de la soierie.
  • à la mort de son père, il aurait été propriétaire d’une fabrique prospère. Mais il aurait alors été ruiné et contraint de travailler chez un chaufournier (fabricant de chaux) tandis que son épouse, Claudine Boichon, tresse des chapeaux de paille.
  • sous la Terreur, en 1793, il aurait pris la défense de Lyon, avec son fils, âgé de 15 ans. En octobre, lors de la répression jacobine, ils se cachent, s’enrôlent au bataillon de Rhône-et-Loire et combattent à l’armée du Rhin. C’est alors que son fils serait mort entre ses bras (vers 1795).

Démêler la légende et la réalité n’est pas chose aisée.

Jacquard et la soie

Quelques échecs

Venons en donc à ce que nous savons vraiment. Nous savons que le début de sa carrière d’inventeurs est marqué par des échecs:

  • En 1800, le 2 nivôse an IX exactement, Jacquard dépose un brevet pour une nouvelle machine à tisser qui ne fonctionne pas! Elle est pourtant primée à l’Exposition des produits de l’industrie.
  • Nous le retrouvons deux ans plus tard lorsqu’il répond à un concours de la Société d’encouragement à l’industrie nationale pour un métier à faire des filets de pêche. Sa candidature est retenue et, en 1803, il monte à Paris aux frais de la Société dont il remporte le prix en 1805. Ce métier ne fonctionne pas plus que le premier! Mais il lui apporte pourtant la renommée auprès de ses compatriotes lyonnais. Allez comprendre!

La découverte de Vaucanson et le développement de la mécanique Jacquard

Pourtant ce séjour parisien est plus propice qu’il n’y paraît. C’est en effet l’occasion pour Jacquard d’étudier le métier automatique de Vaucanson, dont il s’inspirera pour développer son métier à tisser. Ainsi, en 1804, Jacquard revient à Lyon avec les plans de la mécanique de Vaucanson. Dès lors, il tend à développer une nouvelle mécanique dont le bruit entrera dans le vocable du parler lyonnais.

soie lyon croix-rousse

Parallèlement, Jacquard est placé à la tête des ateliers de l’hospice de l’Antiquaille et reçoit un généreux traitement pour développer ses inventions. Le 12 avril 1805, l’empereur Napoléon 1er rencontre Jacquard à l’occasion d’un séjour à Lyon. Ce dernier lui présente sa nouvelle mécanique. Le tableau ci-contre rappelle ce moment.

Napoléon dut être fort impressionné car le 15 avril, il signe un décret impérial pour l’octroi d’une prime de 50 francs pour chaque métier que Jacquard aura livré pour être mis en activité, pendant 6 ans.

De plus, c’est pour accueillir son métier à tisser que les Canuts lyonnais déménagèrent à la Croix-Rousse dans ce qui fut désormais l’immeuble Canut.

Quelques déboires avec la Ville

En 1806, la ville de Lyon lui offre une pension viagère de 3.000 Francs. Mais la contrepartie est rude:  toutes ses inventions tombent de fait dans le domaine public. Pourtant, au même moment, Jacquard semble se désintéresser des ateliers et en 1808, seules 57 mécaniques ont été construites. La Ville n’est alors pas bonne payeuse et leurs relations s’enveniment très vite sur la question du paiement de sa rente. Mais alors que se passe-t-il exactement? Et bien, la ville de Lyon a spéculé sur son activité inventive; mais elle est fort déçue de son attitude. En fait la mécanique Jacquard fonctionne irrégulièrement, elle est peu fiable, or chaque défaut de tissage est un manque à gagner sérieux pour le tisseur.

C’est un autre mécanicien lyonnais, Jean Antoine Breton, qui apporte les améliorations définitives en inventant une sorte de pièce coudée permettant de plaquer, régulièrement et sans heurts, le carton perforé sur le cylindre carré. À partir de 1816, l’utilisation de la mécanique Jacquard peut donc se développer. 

Jacquard a eu une vie après la soie

Nous savons qu’en 1810, Jacquard réside dans le quartier d’Ainay. Mais à la belle saison, il quitte la ville pour se rendre à la campagne: à Oullins. Bon, nous sommes bien d’accord que depuis lors, Oullins n’est plus la campagne!

Le 17 novembre 1819, Louis XVIII lui décerne la croix de la Légion d’honneur. En 1826, Jacquard semble résider définitivement à Oullins dont il devient conseiller municipal. C’est également là qu’il meurt.

Hommage

En vous promenant dans Lyon et sur la Croix-Rousse, vous pourrez découvrir de nombreux hommages rendus à Jacquard: statues, noms de rue, fresques, etc. Nous n’en citerons que 2 ici.

jacquard

La Statue place de la Croix-Rousse

Elle est notre point de rendez-vous avec vous lors de notre escape game outdoor « le mot de passe », mais saviez vous que cette statue n’a pas toujours été là? Lyon inaugure la statue de Jacquard le 16 sur la place Sathonay, c’est à dire en bas des pentes de la Croix-Rousse, sous les vestiges de l’amphithéâtre des 3 Gaules. Cette statue est en bronze. Elle est déplacée en 1898 sur la place de la Croix-Rousse avant d’être fondue en 1942, sans doute pour fabriquer des armes pendant la guerre. En 1947, l’actuelle statue en pierre prend sa place. 

Autre hommage est pas des moindres: la fresque des Lyonnais présente elle aussi Jacquard. Pour trouver cette fresque et l’admirer, vous devez monter au nord de Lyon. Allez à l’extrémité nord/ouest de la Presqu’île lyonnaise, au pied des pentes de la Croix Rousse  au bord de la Saône. Jacquard fait en effet partie des 30 célébrités choisies pour représenter Lyon.

jacquard

Menez l'enquête avec Jacquard !

Envie de découvrir la Croix-Rousse? Depuis le plateau et en débaroulant les pentes, venez participer à notre escape game outdoor « le Mot de Passe »! Un véritable escape game outdoor ouvert aux Team Building, aux EVJF/EVG et aux familles!

2 réflexions sur “|ZOOM SUR Joseph-Marie Jacquard|”

  1. Ping : |ZOOM SUR: Lyon et la soie au XIX° siècle| - Lyon Secret Défense

  2. Ping : |ZOOM SUR: la Fresque des Lyonnais| - Lyon Secret Défense

Les commentaires sont fermés.

Panier