|ZOOM SUR: la Basilique de Fourvière, son histoire|

Fourvière, sa colline, son quartier antique, sa basilique. Emblématique de la ville, la Basilique de Fourvière est souvent le premier repère visuel visible pour ceux et celles qui arrivent dans notre ville. Zoom sur son histoire!

La Colline qui Prie

Depuis bien longtemps, Fourvière est surnommée « la Colline qui Prie » (en opposition à la Croix Rousse, surnommée « la Colline qui Travaille »). A partir du V° siècle, on élève des basiliques un peu partout sur la colline de Fourvière : Saint-Laurent à la Quarantaine, Saint-Just rue des Macchabées. Au cours du Moyen-âge, nombre de monastères s’installent aussi sur la colline.

Il semble que l’emplacement actuel de la Basilique soit occupé dès 1168. L’un des chanoines de la cathédrale Sant-Jean, Olivier de Chavannes, aurait alors fait élever  une chapelle au sommet de la colline et il l’aurait dédicacée à la Vierge Marie.  Dix ans plus tard, l’évêque de Lyon apprenant l’assassinat de l’archevêque de Saint-Thomas Becket  de Cantorbéry, consacre une chapelle à son nom. La chapelle dédiée à Marie subit en 1562 les affres des Guerres de Religion,  notamment suite au passage du Baron des Adrets à Lyon. Elle est ensuite reconstruite.

La décision de construire la Basilique

Mais c’est quoi une Basilique?

Avant toute chose, une basilique est une église. Cette église se voit attribuée par le pape, une dignité particulière, comme celle du Sacré-Cœur, à Paris, construite en « réparation » de l’effondrement spirituel jugé responsable de la défaite de 1870 face aux Prussiens. 

Un projet de longue haleine

Dès le XIXe siècle, face à l’afflux de plus en plus important de pèlerins dans la petite chapelle de Fourvière, un projet d’agrandissement prend forme. La Commission de Fourvière est créée en 1853.

En 1856, le projet d’une grande église dédiée à Marie est présentée par l’architecte diocésain Pierre Bossan. Ce projet esquissé dès 1850,  rencontre une vive opposition jusqu’en 1870. Pour ce projet, Pierre Bossan s’est inspiré de l’art byzantin qu’il a découvert en visitant la cathédrale de Palerme. Cet ensemble de style divers : byzantin, roman, gothique,  en fait une œuvre architecturale  originale ne pouvant s’intégrer à aucune école classique.

Première esquisse de la future basilique de Fourvière, par Pierre Bossan (gravure par Joanny Séon), diffusée en avril 1856.
Aquarelle de Frédéric Giniez, datant de 1865, inspirée des croquis réalisés par Pierre Bossan. Vue de la future façade septentrionale de la basilique Notre-Dame de Fourvière, à Lyon ; proposition (non réalisée) pour un clocher supportant la statue de Marie.
Portrait conservé par les Œuvres Pontificales Missionnaires

Mais le projet s’enlise, notamment autour de la problématique de l’achat des terrains en dessous de la basilique qui doivent devenir « le Jardin du Rosaire ». Le terrain est alors la propriété d’une jeune femme particulièrement pieuse et dédiée aux bonnes œuvres: Pauline Jaricot. Pour l’usage de son terrain permettant l’accès au sommet de la colline, Pauline Jaricot fait payer un droit de péage (fort modeste), argent qu’elle redistribue ensuite aux plus démunis. Donatrice généreuse, Pauline Jaricot est malheureusement pour elle, très fortement endettée. La Commission de Fourvière va profiter de cette situation pour acheter ses terrains.

La Guerre franco-prussienne et le voeu des Lyonnais

La situation va radicalement s’accélérer en 1870 en raison de la Guerre entre la France et la Prusse. L’armée prusse s’approche dangereusement de Lyon. Alors le 8 octobre 1870, les Lyonnais et leur archevêque font un vœu: si Marie protège la ville contre l’invasion prussienne alors ils lui édifieront une grande et belle église. Les Prussiens s’arrêtent à Nuits-Saint-Georges.

La construction de 1872 à 1896

La première pierre de la Basilique est posée en 1872. Sous la direction des architectes diocésains Pierre Bossan et Sainte-Marie Perrin, la construction s’achèvera en 1895. Le chantier gigantesque aura duré 24 ans. L’église sera consacrée en 1896 et érigée en basilique en 1897.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *