|ZOOM SUR: la Fontaine des Jacobins|

fontaine place des Jacobins à lyon

Trônant fièrement sur la place des Jacobins, la fontaine du même nom présente de nombreux détails. Zoom sur son histoire...

La fontaine des Jacobins se trouve au cœur de la place portant le même nom (du fait des religieux jacobins qui occupaient toute la partie sud de la place en 1782), sur la Presqu’île. Elle s’inscrit pleinement dans les travaux de réaménagement de la Presqu’île impulsée par Marius Vaïsse dès le milieu du XIX° siècle, donnant à Lyon un caractère plus moderne mais également plus bourgeois. La fontaine fut réalisée en décembre 1885 par Gaspard André (1840-1896) à qui nous devons également le théâtre des Célestins. 

Histoire

Cela fait plusieurs siècles que cette place accueille une fontaine…ou plutôt des fontaines car il y en eut plusieurs avant celle que nous connaissons aujourd’hui.

Au XVI° siècle, sans parler véritablement de fontaine, la place abrite un puits surmonté d’un obélisque pyramidal créé en 1600 pour célébrer le mariage à Lyon du roi Henry IV et de Marie de Médicis . En 1740, Antoine-Michel Perrache (oui, oui le même que pour le quartier Perrache!) estime que ce puits est insuffisant pour la population, sans compter que la pyramide est vétuste. Il décide donc d’ériger une véritable fontaine en 1760. De 1760 à la Révolution, s’élevait donc au centre de la place (qui n’avait pas alors la même configuration qu’aujourd’hui) une fontaine publique surmontée d’une naïade montée sur un piédestal à consoles renversées.

La Révolution met à mal cette fontaine jusqu’à ce qu’en 1856, un tapissier du quartier – Louis Danton – lègue sa fortune pour une œuvre dessinée par Liénard et fondue par Barbezat. On raconte, en effet, que la fontaine précédente faisait tant de bruit qu’il ne la supportait plus!

Elle sera rapidement remplacée par une nouvelle fontaine, réalisée par Tony Desjardins en 1868. Cette nouvelle fontaine vise à honorer le préfet Vaïsse. Mais la figure de la statue et le diamètre important de plus de 41m de la fontaine sont jugés excessifs tant et si bien qu’en 1870 la statue n’est toujours pas installée et elle finira fondue sans avoir jamais trouvé sa place. 

La fontaine actuelle

En 1877, la Ville décide d’ériger une énième fontaine sur la place des Jacobins. Elle lance le concours qui se déroulera du 18 janvier au 30 juin. Deux « seconds prix » sont attribués, dont l’un à Gaspard André pour son projet « Art ». L’étude définitive lui est confiée et son projet est validé en mai 1878. André avait déjà présenté ce projet pour un concours d’école où il faisait figurer l’architecture, la peinture, la sculpture et la gravure françaises. Dans le monument actuel, seul Poussin a été remplacé par Hippolyte Flandrin.

En juin 1878, un second concours attribue la conception des quatre statues principales à Degeorges.  Bien que le contrat prévoit un achèvement pour novembre 1878, les statues ne sont achevées qu’en 1885.  L’exécution des sirènes est confiée au sculpteur parisien Delaplanche.

La fontaine est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 18 mai 1992. La fontaine dans son ensemble a été restaurée en 2013.

team building lyon presqu'île

Description de la fontaine

La fontaine, de type pyramidal, est construite en marbre blanc. Elle se structure en 4 étages de bassins et vasques circulaires et tréflés. Au sommet, une construction de plan carré, inspirée du monument funéraire de Glanum (Saint-Rémi-de-Provence) visible sur la photo ci-dessous, abrite les statues des artistes lyonnais, placées en saillie sur l’architecture. 

Les 4 statues représentent un artiste dans un domaine spécifique et un siècle en particulier, de gauche à droite sur les photos ci-dessous: 

  • XVI° siècle : Philibert DELORME, architecte (Lyon 1514, Paris 1570), a bâti les châteaux d’Anet et des Tuileries.
  • XVII° siècle : Gérard AUDRAN, graveur (Lyon 1640, Paris 1703) a notamment réalisé les batailles d’Alexandre et le Martyr de saint Laurent.
  • XVIII° siècle : Guillaume COUSTOU, sculpteur (Lyon 1677, Paris 1746) est connu pour avoir réalisé les Chevaux de Marly ou encore Diane à la biche.
  • XIX° siècle : Hippolyte FLANDRIN, peintre (Lyon 1809, Rome 1864) a réalisé « le jeune homme nu au bord de mer » et un extraordinaire double autoportrait en 1842.

 Chacun porte un costume de son époque et tient ses attributs professionnels.

Les colonnes d’angle portent également des noms d’artistes sur des cartouches: Simon Maupin, Gérard Désargues, Drevet, de Boissieu, Coysevox, Lemot, Stella, Berjon.

A son sommet, le temple est surmonté d’un petit édicule à rotonde de style néo-Renaissance qui abrite le trépied d’Apollon. Quatre griffons guettent aux points cardinaux. Le monument porte une devise en frise : « la Ville de Lyon aux artistes qui l’ont illustrée »

©Claude Devigne

Une faune et une flore abondante (lions, tortues, anguille, homard, lierre, etc.) et une variété d’effets d’eau rendent l’ensemble vivant, notamment à partir des sirènes.

Mise en valeur 

Pour la première édition du festival des roses en 2015, la fontaine avait été recouverte de 9 000 roses artificielles ! La place et la fontaine des Jacobins sont aussi un point de passage obligé lors de la fête des Lumières.

Votre Quête

Envie d’une quête autour de la fontaine des Jacobins?

Venez participer à notre speed quest « Coeur de Presqu’île » en Team Building!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *