|ZOOM SUR: le Grand Théâtre|

Massif, imposant, impressionnant, les vestiges du Grand Théâtre en imposent sur la colline de Fourvière. Zoom sur ce bâtiment longtemps tombé dans l'oubli.

Lyon, ville antique romaine

C’est en 43 avant notre ère que la colonie romaine de Lugdunum est fondée (pour en savoir +, c’est par ici). En 27 avant notre ère, au tout début donc de l’Empire,  l’empereur Auguste réorganise la Gaule, et il choisit la jeune colonie de Lugdunum comme capitale des Gaules et siège du gouvernement impérial, ce qui fut le point de départ de l’embellissement de la cité qui se couvre dès lors de monuments comme le Palais, les temples, les thermes.

C’est dans ce cadre que le Grand Théâtre est construit adossé à la pente de la colline. La construction de cet édifice témoigne de la monumentalisation précoce de Lugdunum. C’est le plus ancien théâtre de la Gaule romaine, l’un des plus anciens du monde romain et c’est aussi l’un des plus grands de Gaule (108 m de diamètre, 90m à l’origine). Pour autant, il est plus petit que ceux de Vienne (115m) et d’Autun (148m), mais plus grand que ceux d’Arles (102m) et d’Orange (103m).

Plan du théâtre

Son plan est classique des théâtres antiques. Il comprend quatre parties principales : 

  • la cavea pour les spectateurs : conformément aux recommandations de l’architecte Vitruve, la cavea, où s’asseyaient la plupart des spectateurs, est tournée vers l’Est et adossée à une colline, selon le type grec. Elle se composait, primitivement, comme à Vienne, de deux étages séparés par un mur. Le bas de la cavea est limité, selon l’usage, par un égout demi-circulaire dont la couverture, faite de dalles, formait un passage large de 1m60.
  • l’orchestra pour l’orchestre et les spectateurs très riches : elle bénéficie d’un riche pavement en granit gris, calcaire rose et marbre cipolin vert. L’orchestra mesure 25,5m de diamètre et comporte 4 rangées de gradins bas, autrefois recouverts de marbre, destinés aux sièges des notables.
  • la scène
  • et le frons scaenae autrement dit le mur de scène pour le décor, haut de 30m, somptueusement orné de décors figurant un palais, avec colonnes, niches et statues

Il comporte deux séries de gradins en demi-cercle adossé à la colline, faisant face au mur de scène, haut d’une trentaine de mètres. D’un diamètre de 90m, il pouvait accueillir près de 5.000 personnes.

L’agrandissement – II° siècle

 À l’origine, le théâtre comptait 5.000 places. Le théâtre est agrandi, au II° siècle de notre ère, aux alentours de 120, sous le règne d’Hadrien, parallèlement à la construction de l’Odéon. Le théâtre se voit alors doté d’une troisième série de gradins portant sa capacité à 10.000 spectateurs et son diamètre à 108m.

Le mur du fond de scène est alors aussi haut que la cavea. Un velum protège la scène et rabat les sons. En avant de la scène, la fosse longue de 46 m, percée de trous carrés tous les 3 m permet le coulissage des mâts et des contrepoids qui soutiennent le rideau de scène. Au mur de façade est adossé un portique extérieur de 30 colonnes.

Mais même ainsi, le théâtre ne pouvait donc pas accueillir la totalité des 30 à 40.000 habitants de la cité romaine. A l’époque romaine, comme aujourd’hui, il fallait donc se battre pour avoir une place !

Remise en question de l’agrandissement ?

Une relecture de l’édifice entreprise en 1980 a conduit à émettre une hypothèse différente en supposant que le théâtre primitif comportait, dès l’origine, trois volées de gradins, mais que la galerie supérieure aurait été en bois. Ce n’est que plus tard qu’elle aurait été remplacée par des gradins de pierre. Seule la reprise de fouilles pourrait trancher et dater plus précisément les différentes phases.

Le velum

Un velum fixé par des mâts au mur d’enceinte protège du soleil. Les grands édifices de spectacle antiques (théâtres, amphithéâtres, cirques, stades) étant à ciel ouvert, la protection des spectateurs contre le soleil est une problématique essentielle.

En réalité, les sources permettent de poser l’hypothèse de trois types de supports différents pour le vélum sur les théâtres antiques:

  1. Des séries de mâts verticaux installés dans les gradins et reliés entre eux par des pièces de bois horizontales;
  2. Des vergues horizontales partant de mâts verticaux fixés sur la périphérie supérieure de la cavea ;
  3. Des cordes fixées à un demi-anneau de cordes central, mis en tension entre des mâts verticaux situés aux périphéries supérieures de la cavea et du mur de scène.

À Lyon, l’utilisation du 3° type de fixation, avec cordes donc est la plus probable.

De l’abandon à la redécouverte

Le quartier des théâtres – incluant le palais impérial, la citerne, les thermes, le théâtre et l’odéon – était l’un des plus animés de la ville gallo-romaine. Mais à la fin du IIIème siècle apr. J.-C., le site est abandonné et transformé en carrière, jusqu’à ce que la végétation les recouvre.

Pendant longtemps, ce sont les vestiges de l’odéon qui ont été considérés comme ceux du théâtre car ce dernier avait totalement disparu du paysage, tandis que les parties supérieures de l’odéon étaient restées visibles depuis l’Antiquité, comme on peut le voir sur le Plan scénographique de Lyon en 1550, ci-dessous à droite.

Si certains vestiges de l’odéon sont encore visibles sur le plan scénographique du milieu du XVI° siècle, c’est à la fin du XIX° siècle que l’on croit y avoir identifié l’amphithéâtre, lieu du martyre des chrétiens en 177 apr. J.-C.

Il faut attendre le début du XX° siècle pour que se produise une re-découverte du site. En 1933, Édouard Herriot, alors maire de Lyon, acquiert ces parcelles pour la ville avec l’objectif de poursuivre les fouilles. Dirigées par Pierre Wuilleumier, puis par Amable Audin, elles permettent de dégager des vestiges qui se révèlent être ceux d’un odéon et d’un théâtre. Les fouilles lancées en 1933 se poursuivent pendant 45 ans : 170.000 m3 de sédiments devront être évacués pour dégager les structures du théâtre et de l’odéon.

Les deux édifices sont par la suite restaurés entre 1953 et 1965. Aujourd’hui, ces deux monuments de spectacle reprennent vie lors du festival des Nuits de Fourvière.

3 réflexions sur “|ZOOM SUR: le Grand Théâtre|”

  1. Ping : |ZOOM SUR: Lugdunum et le Palais du Gouverneur| - Lyon Secret Défense

  2. Ping : Zoom sur: les thermes de Lugdunum : une découverte insolite ! - Lyon Secret Défense

  3. Ping : 10 Bonnes Raisons de Venir à Lyon - Lyon Secret Défense

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *