|ZOOM SUR le Rhône|

team building lyon

Majestueux et omniprésent, le fleuve Rhône traverse Lyon du Nord au Sud. Alors en famille, pour un EVJF/EVG ou en Team Building, (re)découvrez ce fleuve mythique au cours de notre ZOOM.

Mais d’où vient le Rhône?

Il arpente notre ville au cœur du département qui porte son nom: le Rhône. Mais d’où vient il? Débutons par une petite géographie de ce grand fleuve.

Etymologie

Le Rhône tient probablement son nom du grec, Rhodanos ou du romain, Rhodanus. Mais comme d’autres fleuves européens, il eut longtemps une autre appellation, en l’occurrence: Eridan, nom d’un fleuve de la mythologie grecque. Il est alors surnommé par Virgile « le roi des fleuves », rappelant ses eaux tumultueuses et torrentielles.

Pour en revenir au nom actuel, son hydronyme Rhodanus reste l’appellation la plus reconnue. En effet, Pline l’Ancien expliquait dans son « Histoire naturelle » que le nom de Rhodanus tient son origine de la présence antique d’une colonie de Rhodiens bâtie autrefois à l’une de ses embouchures. Le célèbre glossaire d’Endlicher présente, quant à lui, un passage (9-11) qui évoque une origine gauloise à l’hydronyme Rhodanus. Il peut donc être décomposé en rho-danus avec :

  • « rho » qui signifie trop ou beaucoup
  • « dano » qui fait référence au titre de magistrat ou curateur.

Le nom du fleuve signifierait alors le violent magistrat.

team building lyon

Géographie

Revenons à la géographie de notre fleuve. La carte ci-jointe vous permet de suivre le cheminement du Rhône. Ce dernier prend ainsi sa source à 2209 mètres d’altitude dans le glacier du Rhône dans les Alpes Suisses. Puis, il parcourt 812 km: d’abord 267,1 km en Suisse puis 544,9 km en France.

Pour sortir de la Suisse, le fleuve traverse le lac Léman jusqu’à Genève. Il entre ensuite en France et termine son cours dans le delta de Camargue pour se jeter dans la mer Méditerranée.

C’est le plus puissant des fleuves français avec un bassin de 100.000 km² constitué de montagnes très arrosées. Le Rhône est, par conséquent, une importante source d’énergie hydroélectrique. Ses rives abritent, en effet, des centrales nucléaires à plusieurs endroits: Bugey, Tricastin, Crey-Malville, Saint-Maurice-l’Exil, Cruas et Marcoule. Pour autant, son débit n’est pas totalement maitrisé, et il peut atteindre des records de 10.000 m3/s créant des crues dévastatrices telles que celle de l’automne 1993. Enfin, au Sud de Lyon, la vallée du Rhône est un grand axe industriel et commercial débouchant sur le port Edouard Herriot.

Le Rhône à Lyon

Mais revenons à Lyon et à sa relation avec le fleuve. Le cours d’eau pénètre dans la cité lyonnaise entre le parc de la Tête d’Or et les contreforts de la colline de la Croix-Rousse. Il passe ensuite entre l’ancienne zone marécageuse des Brotteaux et la Presqu’île pour finalement atteindre la confluence à hauteur de la Mulatière.

L’histoire de la ville avec le fleuve est tumultueuse. Historiquement, Lyon se développe d’abord sur, puis au pied de la colline de Fourvière (dans le Vieux Lyon). Lyon se tient alors à l’écart de l’impétueux fleuve. Et lui préfère la calme rivière Saône.

Mais au XVIII° siècle, la situation évolue. La Ville est bien trop à l’étroit. Il est alors temps de repousser ses limites et de vivre avec le Rhône. C’est d’ailleurs l’époque de l’ingénieur Antoine-Michel Perrache et de son projet de repousser le confluent plus au sud d’Ainay. Jacques-Antoine Morand, quand à lui, crée enfin un pont pérenne sur le Rhône, pont qui marque le coup d’envoi de l’extension de Lyon sur la rive gauche du fleuve. Mais le fleuve est capricieux et ses crues torrentielles et irrégulières sont dévastatrices. Après l’inondation de 1856 et ses conséquences catastrophiques, on doit trouver des solutions de protection efficaces contre le Rhône. Des digues insubmersibles furent réalisées: le quai Augagneur en est un exemple.

Puis, dans la deuxième moitié du XX° siècle, les nouvelles mobilités automobiles modifient radicalement le rapport des Lyonnais aux fleuves. En effet, les quais se divisent entre des parkings géants et des voies de circulation. L’accès au fleuve devient dès lors impossible aux Lyonnais.

Traverser le fleuve

Ce sont donc les ponts qui permettent de joindre les différentes rives de Lyon. Obstacle difficile à franchir, le Rhône a longtemps servi de frontière naturelle avant la construction des ponts. Les ponts ouvriront les axes de communication. Existait il un pont sur le Rhône à l’époque de Lugdunum? Difficile de l’assurer. Et s’il existait, nulle trace n’en a été découverte pour l’heure.
 

Mais on trouve trace d’un pont de bois en 1190: l’année même de sa construction, il s’écroule au passage de Philippe Auguste à la tête des Croisés. Ce fut apparemment, le premier pont de la Guillotière. De la fin du XIII° siècle jusqu’au XVIII° siècle, le Rhône ne sera franchi que par un seul pont. Les caractéristiques du fleuve rendent, en effet, la mise en œuvre des ponts particulièrement difficile:

  • avant la construction des quais à hauteur de la Guillotière, la largeur du Rhône atteignait plus de 500 m.
  • il n’existe pas d’affleurement rocheux permettant d’asseoir des piles de pont comme sur la Saône.
  • la technique des caissons pneumatiques pour pallier ce défaut n’apparaîtra qu’au XIX° siècle.

Pour l’heure, voici un petit état des lieux des ponts sur le Rhône depuis le nord au sud. Au total, ce sont 17 ponts et passerelles qui permettent aux Lyonnais de franchir le Rhône: à pied, en trottinette, en vélo, en transports en commun, en voiture.

team building lyon
 
Beaucoup de ces ponts furent détruits le 1er septembre 1944 lorsque les troupes allemandes les firent sauter pour protéger leur fuite face à l’avancée des troupes alliées.

Sculpter le fleuve

Depuis longtemps, la relation des Lyonnais avec leur fleuve est importante. Si importante qu’ils n’ont de cesse de le sculpter! Si la Saône est féminine, le Rhône est masculin. Et dans la tradition romaine des Dieux-fleuves, le Rhône est très généralement représentés sous les traits d’un homme fort, barbu, nu ou à demi nu, et dans une position allongée. 

Alors petit tour d’horizon des sculptures représentants le Rhône (souvent accompagné de la Saône évidemment) dans Lyon!

Le pont Kitchener-Marchand

Implanté entre le tunnel de Fourvière et la Presqu’île, ce pont date de la fin des années 1820. Après plusieurs destructions (émeutes, crue, dynamitage par les Allemands en 1944), l’actuel pont est ouvert à la circulation en 1949.

Les deux piles du pont sont ornées dequatre bas-reliefs en fonte représentant les allégories du Rhône et de la Saône, adossés. Que ce soit au nord ou au sud du pont, le Rhône est toujours situé à l’Est et la Saône à l’Ouest. Datant de 1947, les bas-reliefs ont été réalisés par Marcel Renard et fondus par Godard. 

Le piédestal de la statue de Louis XIV

Datant du XVIII° siècle, vous pouvez découvrir ces bronze dans notre ZOOM qui leur est consacré.

team building lyon bellecour
team building lyon presqu'île

La façade du 3 rue Président Carnot

Deux atlantes encadrent une fenêtre située au-dessus du porche du 3 rue Président Carnot. En architecture, les atlantes sont des figures ornementales servant, souvent, de support vertical pour un balcon. Il symbolise la force ou la déchéance. Cet ensemble est peu documenté. Cependant, à gauche, l’atlante est une femme plantureuse portant une couronne de fruits. Elle représenterait la Saône. À droite, une figure masculine semble être l’allégorie du Rhône, vieil homme barbu, musclé et chevelu. Il tient aussi un cordage avec des flotteurs en bois. Un voile recouvre le bas des corps et pourrait être un rappel à l’eau.

Les escaliers du palais du commerce et de la bourse

Sous l’escalier du Palais du commerce et de la bourse, nombre de passants et touristes passent devant ce bas-relief sans y prêter attention. Avancez et regardez attentivement : il est écrit « Le Rhône et la Saône ».

Le Rhône est représenté sous les traits d’un homme au visage sévère. Un soin particulier est donné aux détails de sa musculature. De son bras gauche tendu vers l’avant, il repousse les algues. Sous lui, flotte la Saône, le corps cambré vers le bas, peut-être assoupie. Elle pose délicatement sa main droite sur le torse du Rhône. 

L’auteur de cette allégorie est André Vermare, sculpteur né à Lyon en 1869 et grand prix de Rome de sculpture en 1899. En 1902 et 1905, à l’occasion du Salon des artistes français, il présente au public les maquettes de ce bas-relief en marbre blanc, installé en 1907.

team building lyon presqu'île
team building lyon

Face à l’entrée du musée de l’imprimerie et de la communication graphique

Prenez la rue de la Poulaillerie et entrez au 13. À l’intérieur de cette traboule qui débouche rue des Forces se niche le musée de l’imprimerie et de la communication graphique. Cette jolie cour de l’Hôtel de la Couronne abrite un bel ensemble Renaissance avec escalier à vis, croisée d’ogives et fenêtres à meneaux. Un temps, au XVIIe siècle, le prévôt des marchands et les échevins en font la Maison de la Ville.

Dans cette cour, nous trouvons aussi une représentation du Rhône et de la Saône sur un ensemble réalisé par Philppe Lalyame au XVIIIe siècle. La partie supérieure est un fronton brisé avec le Rhône (à gauche) et la Saône (à droite). Étendu, chacun tient une urne renversée d’où s’écoule l’eau.

team building lyon

Les piles du pont Lafayette

Le nom du pont honore l’entrée triomphale de Lafayette dans Lyon en 1929 par ce pont. Construit à partir de pilotis en bois, l’ancien pont, vétuste, est remplacé par le pont actuel ouvert à la circulation en 1890. 

Les faces nord et sud de chaque pile sont ornées d’une statue. En amont dans l’axe Cordeliers-Cours Lafayette, le Rhône puis la Saône sont représentés. En aval, dans l’axe Cordeliers-Cours Lafayette, la Saône puis le Rhône sont représentés. Ces deux statues sont des reproductions de celles installées sous le piédestal de Louis XIV.

team building lyon

Les Lyonnais et le Rhône aujourd’hui

Après bien des aménagements pour canaliser l’indomptable, il faudra attendre les années 1980-1990 pour que peu à peu, les Lyonnais retrouvent de la proximité avec leur fleuve. Des projets urbains d’aménagement des berges et du Confluent ont favorisé les espaces verts, les modes doux de déplacement et la réappropriation du fleuve par les habitants.

En effet, les berges de la rive gauche du Rhône bénéficient de 5 kilomètres séparant le parc de la Tête d’Or et le parc de Gerland: foot, vélo, roller, terrain de boules, terrains de jeux, pelouses pour pique-niquer ou chiller au soleil. 

Pour aller plus loin sur le lien des Lyonnais avec le Rhône, le musée Gadagne propose désormais une exposition permanente sur ce sujet.

La biodiversité du Rhône

Saviez-vous que dans l’agglomération, nous avons des ripisylves? Des ripi quoi? Des ripisylves c’est-à-dire des espaces naturels  au bord du fleuve. Ils ont été préservées, y compris au cœur de la ville. Ces milieux,
riches d’une flore et d’une faune remarquables sont fragiles. Ils doivent donc faire l’objet d’une fréquentation douce, respectueuse de l’environnement.
Ils jouent d’ailleurs un rôle important dans les continuités écologiques et permettent à certaines espèces de suivre le fleuve même en milieu urbain.

De plus, sur le territoire de Lyon, le Rhône et la Saône sont très riches en poissons avec pas moins de 39 espèces différentes. Parmi elles, on trouve une majorité de cyprinidés : gardon, ablette, carpe, tanche, brème, chevaine et quelques espèces remarquables : brochet, anguille, sandre et silure.

Enquêtez sur la Presqu'île

Entre Saône et Rhône et si vous programmiez votre Team Building sur la Presqu’île? Au cours de notre speed quest Coeur de Presqu’île, enquêtez pour retrouver un ancien manuscrit et révéler l’âme de Lyon!